Colloque 2017 – L’information et la géopolitique

Le vendredi 24 mars 2017 à partir de 13h30, l’Association des élèves du master de Géopolitique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de l’École normale supérieure organise son colloque annuel. Il aura lieu dans l’amphithéâtre Dussane de l’Ecole Normale Supérieure (45 rue d’Ulm, 75005 Paris).
Le thème retenu cette année est « l’information et la géopolitique ».

L’information a toujours occupé une place centrale dans les relations entre acteurs et influe sur l’organisation mondiale à toutes les échelles géographiques. Cette organisation connaît depuis quelques décennies des mutations profondes dont le rythme est en accélération constante. Alors que l’ordre westphalien se voit nuancé et que les jeux d’acteurs se complexifient, l’information n’a jamais été aussi abondante. Entre production, traitement, diffusion et analyse, la profusion d’informations et de données devient un enjeu à elle seule.

Afin de montrer l’importance et l’étendue des problématiques relatives à l’information, ce colloque réunit des intervenants de milieux divers et vise autant un public large qu’averti. Il permettra également de souligner la prégnance de la géopolitique et son actualité.

 

 

Table ronde 1 : « La production de l’information »

L’information est une notion familière : tous les jours, un individu reçoit -consciemment ou non- de l’information. Celle-ci résulte d’un processus pourtant souvent marginalisé bien que lourd de conséquences. Cette première table ronde vise à développer les enjeux inhérents à la production d’une information. Comment agencer et présenter des faits pour créer de l’information ? Conscientiser ce processus met en avant les difficultés, si ce n’est l’impossibilité, de la neutralité. La hiérarchisation, la sélection, les choix de présentation et de représentation, la discrimination ou le degré de précision sont des choix indispensables et inévitables mais susceptibles de modifier l’information produite. Si l’information répond à une demande, cette subjectivité peut être assumée ou au moins connue ; l’information a alors souvent une visée. La désinformation est une stratégie parallèle que certains acteurs peuvent décider de mettre en place. Ces choix ont un impact important sur le cognitif et l’opinion publique. La mondialisation de l’information est un phénomène nouveau qui est à la fois le moteur et le fruit des récentes évolutions mondiales ; les réseaux sociaux, moyens de diffusion et source de l’information, y occupent une place croissante.

Avec :

  • Lieutenant-colonel Arnaud Planiol, directeur par intérim du pôle Défense et société de l’IRSEM
  • Claire Bordes, chargée de mission « recherche stratégique » au sein du Pôle Prospective et Recherche Stratégique de la DGRIS
  • Jérémie MAJEROWICZ, consultant Défense et Sécurité chez Esri France
  • Vice-amiral Jean Goursaud, ancien directeur-adjoint de l’Exploitation à la DRM, ancien directeur de la Sûreté du groupe DCNS et président du comité « Intelligence économique et stratégique » d’IESF
  • Sara Daniel (sous réserve), écrivain et journaliste spécialiste du Moyen-Orient

Modérateur : Yann Richard

 

 

Table ronde 2 : « L’information dans la prise de décision »

Toute décision repose sur la connaissance et l’information. Aussi cette seconde table ronde examine-t-elle le rôle de l’information au sein des organes de décision. L’information guide l’action mais sa disponibilité et sa fiabilité ne sont pas toujours garanties. Quelles solutions s’offrent alors aux décideurs ? S’ils en ont les moyens et le temps, ils peuvent choisir de créer eux-mêmes l’information dont ils ont besoin ; ils ont également la possibilité d’utiliser des données déjà disponibles si elles sont suffisantes, de les croiser et de les organiser. Certaines situations d’urgence ou de crise ne permettent pas cette latitude : comment l’information est-elle traitée et utilisée dans des temporalités extrêmement restreintes ? L’information intervient également dans la communication post-décisionnelle qui permet d’expliquer et de justifier une position.

Dans un monde régulé et que Paul Lévy dit « fini », les facteurs de puissance évoluent. Autant dans le soft que le hard power, l’information est cruciale et devient un instrument de pouvoir. Pour les acteurs militaires et économiques comme pour la société civile, l’information est centrale dans l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies.

Avec :

  • Général Renaud Ancelin, ancien chef de la cellule Monde au CPCO et du centre des opérations de la Division Multinationale Sud-Est de Mostar
  • Patrick Beauverie, docteur en pharmacie et secrétaire général de Médecins du monde
  • Jean-Yves OGER, chef de service veille gestion de crise chez Renault
  • Xavier Bertrand (sous réserve), président du conseil régional des Hauts-de-France et ancien Ministre du travail
  • Anne-Lise Coeur-Bizot (sous réserve), chargée de la communication au Centre de Crises et de Soutien du Quai d’Orsay

Modérateur : Daniel Schlosser

 

Entrée gratuite, inscription obligatoire sur : https://www.weezevent.com/colloquegeopolitique2017

 

Merci à tous pour votre présence, ainsi qu’aux intervenants et aux enseignants qui ont contribué à la réussite de cet événement.