Séminaire « Geospatial Intelligence »

Représentation cartographique et révolution numérique

Organisé avec l’Institut français de géopolitique (Université Paris VIII) et Airbus Defense and Space
Séminaire mensuel

Philippe Boulanger

Présentation

Le Geospatial Intelligence est un objet d’étude incertain qui n’est pas reconnu par la géographie universitaire. Il n’existe pas de penseur du Geoint aujourd’hui à l’échelle mondiale. La notion existe pourtant. À l’origine, elle apparaît dans la nouvelle conception des modes de représentation spatiale par les ingénieurs militaires américains à partir de l’information géographique numérique.

Ces nouveaux modes de représentation spatiale créent de nouvelles normes non seulement pour la fabrication de la carte mais aussi dans la manière de s’approprier l’espace et de comprendre les rivalités de pouvoirs entre acteurs sur un territoire donné. Ces nouvelles normes se veulent plus précises grâce à la géolocalisation en temps réel, notamment à partir de l’imagerie spatiale, pour les systèmes d’armes (les missiles par exemple) et pour la géosurveillance dont l’efficacité a été rappelée lors de l’affaire Snowden en 2013.

Depuis le milieu des années 2000, une nouvelle révolution technologique se fait jour. L’usage de la cartographie numérique entre dans le grand public avec de nouveaux acteurs (Google, Microsoft, etc.) faisant du crowdsourcing un véritable pouvoir et un nouvel enjeu géopolitique de contrôle des territoires. La notion de Smart cities (la gouvernance de l’espace urbain à partir de l’information géographique numérique) en constitue l’un des aspects parmi d’autres. La société civile adopte ces nouveaux outils de géolocalisation tandis que les experts militaires du Geoint, à l’origine de cette notion, doivent produire de nouveaux programmes innovants. Le sujet apparaît donc d’actualité comme en témoignent les premières réflexions en cours apportées par les intervenants d’un séminaire mené, en 2013-2014, à l’École normale supérieure, sur le thème de Révolutions technologiques et géographie militaire.

Ce séminaire tend à :

  • expliciter la notion de Geoint par les différents acteurs de la géolocalisation (industrie de défense, acteurs étatiques, aménageurs du territoire en particulier).
  • explorer les formes d’exploitation du Geoint sur un plan sécuritaire, économique et socio-culturel en particulier.
  • aborder la relation entre l’information géographique numérique en pleine évolution actuellement et l’analyse géopolitique.

Ce séminaire a pour objectif d’approfondir la connaissance sur le lien entre la représentation de l’espace par la carte et la révolution numérique en faisant intervenir des spécialistes du Géospatial Intelligence. Il est organisé par Philippe Boulanger, Professeur à l’Institut français de géopolitique (Université Paris VIII) en partenariat avec l’École normale supérieure de Paris).

Planning

  • 7 octobre : « La Direction du renseignement militaire, centre interarmées du Geospatial Intelligence », par Jean-Christophe Gomart (Directeur du renseignement militaire, Ministère de la Défense).
  • 4 novembre : « L’observation spatiale : un outil stratégique pour la géographie et le renseignement » par Jean-Daniel Testé (Directeur du Centre interarmées de l’Espace, Ministère de la Défense).
  • 2 décembre : « Nouveaux acteurs, nouvelles pratiques … comment se projeter (ne serait-ce qu’) à 5 ans ? » parThierry Rousselin (Directeur de la stratégie, Magellium).
  • 13 janvier : « Le concept GEOINT américain et la spécificité nationale industrielle française » par Alexandre Papaemmanuel (Responsable Grand Compte, Fonction renseignement, Airbus Defense and Space) et Éric Morel (Directeur Geoint France, Airbus Defense and Space).
  • 3 février : « Le tournant de la géographie descriptive et géométrique vers les bases de données intelligentes » par Alain Zumsteeg (Département géographie physique, Direction générale de l’armement, Ministère de la défense).
  • 3 mars : « Les expertises dans le domaine du Geoint et les synergies industrielles » par Philippe Larde(Responsable du département Géospatial Intelligence, Thales Communications and Security).
  • 7 avril : « Geospatial Intelligence : vers une approche dynamique de la cartographie » par Vincent Caillard (chef de projet GEODE 4D, Direction des programmes Defense et Espace, Institut national de l’information géographique et forestière).
  • 5 mai : « Geospatial Intelligence et pouvoir de décision pour un grand groupe français : le cas de Total » parPaul-David Régnier (Responsable clients globaux /Total marketing & Services).

Dates : 7 octobre, 4 novembre, 2 décembre, 13 janvier, 3 février, 3 mars, 7 avril, 5 mai en Amphi Rataud.